Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2014

Mon denstiste adoré...

 

dents-sang.jpg

Après avoir délaissé pendant trop longtemps ma dentition je me décide à retourner voir un tortionnaire sadique que je redoute: le dentiste. Attiré par une offre que l'on peut difficilement refuser par ces temps de crise (un cabinet où l'on pratique le tiers payant où par conséquent il n'est pas demandé de débourser le moindre centime) je prends rendez-vous  dans un mois (le temps de me préparer psychologiquement).

Le jour J je débarque dans le cabinet dentaire où une secrétaire exténuée galère devant une file croissante de patients impatients (inutile d'applaudir ce magnifique jeu de mot !). Puis je m'installe derrière une mini salle d'attente improvisée derrière un paravent au milieu d'une tripotée de gamins braillards sans doutes réconfortés par l'idée de se faire creuser les dents. J'essaye de rester zen tel un roseau au milieu de la tempête jusqu'à ce que mon heure arrive.

Je suis enfin guidé par une assistance dentaire charmante jusqu'à mon bourreau, mon arracheur de dent qui s'avère être un jeune homme plutôt beau garçon au fort accent ibérique (espagnol ou portugais). Je m'installe sur un fauteuil bosselé face à une armoire semi-ouverte dévoilant son contenu désordonné et confie ma mâchoire ouverte avec crispation au soins de mon dentiste latino qui avec soulagement m'annonce qu'il n'y a qu'un détartrage à faire. Dieu merci car même cette opération m'a semblé être un calvaire tant il ma semblé que les instruments n'étaient pas maniés avec plus de délicatesse qu'une truelle. Détartrage fini, je me lève pour me rincer la bouche (faut quand même pas croire qu'on aurait pu installer le système de rinçage juste à coté, on est quand même pas dans un palace). Je comprends alors pourquoi la solution de rinçage à une couleur rouge: cela permet de masquer un peu la couleur du sang....

 

Photo: Certains droits réservés par patrikpaprika

 

19:44 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)